0
0






Une Traduction visuelle de notre Impermanence










 

J’ai récemment eu une conversation sur la façon dont notre langue nous enferme dans des mots unidimensionnels pour exprimer des émotions. Dans d’autres langues, il existe des notions et des mots intraduisibles qui nous obligent littéralement à démêler et à employer beaucoup plus de langage. « Mono No Aware » est une phrase de ce type. Cette expression met des mots sur un sentiment que j’ai depuis longtemps de manière si exacte que je se ressens presque un soulagement de savoir qu’il existe un langage pour cela.

« Mono no Aware: une prise de conscience de l’impermanence de toutes les expériences et de tous les souvenirs, une acceptation presque nostalgique et mélancolique de ce qui ne peut être retenu pour toujours. La phrase est devenue une sensibilité esthétique au Japon, une compréhension que cette beauté ne peut être qu’éphémère. Voyager, vivre personnifie cette expérience, peu importe le nombre de photographies que l’on prend, plus le temps passe, moins cette expérience peut être rappelée.  » explique Gabriella Achadinha

Cette série collaborative entre la photographe Gabriella Achadinha et la peintre Marline Eckard a été tournée dans le sud du Japon et le centre de Séoul. Achadinha a parcouru des espaces et rencontré des personnes qui lui ont fait ressentir un temps perdu et, par là même, cette idée intraduisible de Mono No Aware. Les pinceaux acryliques d’Eckard forment un espace de rêve qui explique visuellement ce sentiment, rendant encore le langage le moins intéressant des canaux disponibles pour exprimer les émotions. On sait d’ailleurs qu’une émotion due à une expérience artistique, musicale, picturale etc. est d’autant plus vive qu’elle est traitée de manière cognitive, contrairement aux idées reçues.

Gabriella Achadinha et Marline Eckard

 

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (1)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (2)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (3)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (4)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (5)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (6)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (7)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (8)

 

Une Traduction visuelle de notre Impermanence (9)

 

 

Mono no Aware: une prise de conscience de l'impermanence de toutes les expériences et de tous les souvenirsClick to Tweet

 


Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !


Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

Espèces en Voie de Disparition de Papier par Patrick Cabral



Article suivant »

Les étranges Peintures à l’Huile de Agostino Arrivabene





TOP
13 Partages
Partagez3
Tweetez1
+11
Enregistrer8
Vous aimez la Chambre 237 ?
Alors dites le !!!