1
0





Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses








 

Avec un penchant pour le portrait et une fascination pour les taches de rousseur, la photographe Alexandra Bochkareva est artistiquement attirée par les rousses. Depuis son premier contact avec la photographie il y a quatre ans, l’artiste de Saint-Petersbourg a capturé la beauté unique des boucles pourpres à travers des photographies rêveuses et enchanteresses. Alors que la grande majorité de ses plans rouge-écarlate mettent en vedette des femmes, l’amour de Bochkareva pour les rousses n’est pas strictement limitée aux humains. Elle a également incorporé un renard roux ardent dans ses portraits inspirés par les contes de fées.

La carrière photographique de Bochkareva a commencé en 2012 avec la naissance de sa fille. Avec peu de formation, elle comptait sur les livres et l’expérimentation pour affiner son métier. Si, au début, elle a utilisé ses amis et sa famille comme modèles, elle a fini par trouver son créneau distinctif dans les portraits de roux. Bochkareva capture ses sujets rubis à l’extérieur, dans les forêts ou les prés, où leurs tresses puissantes se distinguent de la verdure environnante. Ses photos dessinent un parallèle entre l’environnement naturel et la beauté naturelle des personnages, créant simultanément une scène enchanteresse à partir d’un livre de contes.

Afin d’accentuer encore plus l’aspect conte de fées, Bochkareva a audacieusement opté pour présenter ses sujets à Alice, une apprivoisée de la forêt. La sympathique renarde apparaît dans deux séries: Automne et Hiver. En automne, elle et Olga (un modèle régulier de Bochkareva) « partagent des secrets » sur le sol de la forêt. En hiver, elle et Polly (une autre modèle) se rencontre solennellement dans la neige. Dans les deux séries, le sujet et sa créature interagissent calmement les uns avec les autres. Ni les modèles ni Alice ne semblent avoir peur; ils coexistent tranquillement dans un sens onirique d’harmonie. « Alice est un animal merveilleux », raconte Bochkareva. « Parfois, elle est amicale, parfois non. Toutes les photos sont spontanées – j’ai essayé de saisir les moments de leur unité. »

Chaque photo est capturée avec une lentille manuelle (Helios 77m-4) et un éclairage naturel, ce qui rend les images encore plus fascinantes et impressionnantes.

Alexandra Bochkareva

 

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (1)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (2)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (3)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (4)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (5)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (6)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (7)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (8)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (9)

 

Portraits oniriques de Couples de Renards et de Rousses (10)

 



1
0


Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !


Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

Les minuscules Peintures sur de petits Objets de Hasan Kale



Article suivant »

Le Jour de l’Inauguration de Disneyland en 1955





TOP
Vous aimez la Chambre 237 ?
Alors faites le savoir !!!