0
2






Le Mystère de la Lanterne des Morts en France










 

À un certain moment, au début du 12ème siècle, les gens du centre et de l’ouest de la France ont commencé à ériger des constructions étranges – des tours effectivement creuses avec un trou pour une lanterne au sommet – près ou dans les cimetières de leur village (la plupart ne situant pas près des côtes maritimes et n’étaient donc pas des phares). Bien que beaucoup d’entre elles aient été déplacées ou détruites pendant la révolution, environ une centaine de ces tours survivent à ce jour. Connues sous le nom de Lanternes des Morts, leur utilisation originale précise est toujours débattue. Il existe un certain nombre de théories entourant ces constructions inhabituelles et énigmatiques.

La Lanterne des Morts

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (1)

flickr

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (2)

Fenioux

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (3)

Les escaliers de Fenioux

 

Il est peut-être difficile pour nous d’imaginer la noirceur impénétrable de la nuit médiévale: nous allumons tant de lumière dans nos villes que nous devons utiliser le mot « pollution » pour décrire son impact sur notre ciel nocturne. Pourtant, dans les années 1100, une fois que les maisons aux chandeliers du village étaient fermées pour la nuit, ceux qui s’aventuraient devaient prier pour un ciel clair. Dans la capitale française, Paris, un système de lanternes de rue n’a été mis en place qu’à la fin des années 1500. Même alors, les porteurs de lanternes ont gagné largement leur vie dans les rues d’Europe jusqu’au début du XIXe siècle, guidant les voyageurs de la nuit dans les rues sombres et sinueuses. Imaginez, alors, la nuit à la campagne. Alors, pourquoi les Français plaçaient-ils la seule lumière nocturne significative à proximité ou au bout de leurs cimetières ?

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (4)

Pranzac

 

Par superstition, peut-être? Est-ce que ces tours creuses, habituellement pas plus de deux ou trois mètres de hauteur, ont été construites pour guider les âmes des derniers voyageurs vers leur repos éternel ? Peut-être. On pense qu’une lampe aurait été hissée au crépuscule pour être une sorte de phare pour les âmes. On a également cru que la lumière émanant de ces lanternes pouvait restreindre la mort aux limites du cimetière, arrêter sa forme personnifiée qui cherchait de nouvelles victimes.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (5)

Atur, Cherveix-Cubas, Cognac-la-Forêt

 

En outre, en période de peste, la flamme de la lampe pourrait servir de moyen rapide aux villageois de trouver du feu pour leurs foyers sans entrer en contact les uns avec les autres – une lumière pilote pestilentielle, pour ainsi dire. Les gens pouvaient trouver la lanterne isolément afin d’aider à ralentir ou à freiner la propagation de la maladie. Cela semble assez plausible, non?

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (6)

Cellefrouin

 

On aurait besoin d’un TARDIS pour déterminer dans quelle mesure ces utilisations spéculatives étaient réelles. Au fil des siècles, les progrès de la science médicale, sans oublier le bouleversement de la révolution industrielle auraient nui au véritable usage original de ces lanternes des morts. Celles-ci se sont lentement dirigées vers quelque chose s’approchant du folklore. 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (7)

Ciron

 

À mesure que le temps passait, les églises restaient au cœur du village, mais les progrès médicaux ont mis en évidence les conséquences sanitaires de l’enterrement des morts si près de l’endroit où vivaient les résidents. Les cimetières ont été déplacés à la périphérie de nombreux villages et la lanterne des morts aussi.

Vint ensuite la période révolutionnaire de 1789 à 1799. Il s’agissait d’un moment d’énorme bouleversement social et politique : les nouvelles autorités révolutionnaires ont supprimé l’église ; La propriété de l’église a été nationalisée, les pèlerinages interdits et 30 000 prêtres ont été exilés voire exécutés pour certains d’entre eux. En tant que symbole religieux, de nombreuses lanternes ont simplement été renversées, leurs débris utilisées dans de nouvelles constructions, laissant au plus une centaine de ces tours debout.

Ironiquement, bien que les révolutionnaires ne pouvaient imaginer aucun usage contemporain pour les lanternes des morts, ils ont rapidement constaté que les nouveaux lampadaires de Paris et d’autres grandes villes étaient un endroit pratique pour accrocher les aristocrates et les autres ennemis de la République.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (8)

Rancon

 

Pourtant, bien que petit en nombre, les lanternes survivantes finirent par retrouver leur véritable histoire et leurs légendes dûment révisées. Pour ce faire, les chercheurs se sont tournés vers des documents ecclésiastiques et ceux-ci ont révélé quelque chose qu’ils avaient déjà soupçonné. L’un d’eux, François Eygun (1898-1973) n’a pu trouver qu’une seule référence aux lanternes des morts dans les livres de la période médiévale. Étrange.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (9)

Chapelle Sainte-Catherine, Fontevraud-l’Abbaye

 

François Eygun a cependant trouvé des textes qui mentionnaient ce qui ne pouvait être que les lanternes. Pierre le Vénérable, abbé de Cluny au douzième siècle, écrivait: «Ce qui occupe le milieu du cimetière est un édifice en pierre. Il a au sommet une cavité qui peut contenir une lampe qui, en l’honneur des fidèles qui y reposent, illumine cet endroit consacré chaque nuit. Il y a aussi des marches par lesquels on monte à un espace suffisant pour que deux ou trois hommes se tiennent debout ou assis. »

La construction était simplement appelée « une lampe de cimetière ». Le terme de « lanterne des morts » s’est avéré être un néologisme, inventé plusieurs siècles après la construction des lanternes d’origine.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (10)

Puy-de-Dôme, Château de Dormans, Coussac-Bonneval

 

Pourtant, même si elles servaient à honorer les morts, la recherche d’Eygun a révélé une autre raison de leur construction – ce qui était sans doute leur objectif principal, du moins en termes d’utilité. Bizarrement elles sont intimement liées à la première croisade (1095-1099), la première expédition militaire médiévale faite par les Européens pour récupérer la Terre Sainte et une église en particulier. L’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem a été détruite par le calife Hakem en 1009. Lorsque la ville fut saisie par des croisés quatre-vingt dix ans plus tard en 1099, des ordres ont été donnés pour que l’église soit reconstruite.

Cela devait servir de rappel à la population de Jérusalem qui était maintenant en charge. Les architecte ont conçu un escalier en colimaçon menant au sommet du bâtiment. Là ils ont placé une lanterne géante pour symboliser la résurrection du Christ qui a brillé sur Jérusalem de 1100 à 1187, lorsque la ville est tombée dans les mains de Saladin, le premier sultan d’Egypte et de Syrie.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (11)

Montmorillon

 

La lanterne dans la ville française de Montmorillon (ci-dessus) a été érigée en 1107 – huit ans seulement après la capture de Jérusalem. La personne qui a ordonné sa construction et celle de la chapelle funéraire associée, dédiée au Saint Sépulcre était Guillaume IX, duc d’Aquitaine, venu de Terre Sainte (où il avait perdu toute son armée, sauf six hommes). Cela ne peut guère être une coïncidence.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (12)

Saint Genou

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (13)

L’intérieur de Saint Genou

 

En fait, les églises et les chapelles construites dans la région pendant la période qui suivit immédiatement la première croisade étaient souvent consacrées au Saint-Sépulcre. Saint-Genou (ci-dessus) a une chapelle du Saint-Sépulcre et une lanterne. Une église à Parthenay est dédiée au Saint-Sépulcre, comme celle de Fenioux. La preuve d’une connexion avec la Première Croisade, tout en n’étant pas flagrante, est largement plus crédible que l’histoire orale qui, si satisfaisante soit-elle, ne pouvait éclaircir totalement l’histoire de l’origine des lanternes.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (14)

Deux-Sèvres

 

On estime maintenant que la majorité des lanternes ont été érigées par la noblesse locale ou le clergé monastique comme un souvenir incontournable du temps qu’ils ont passés à la Première Croisade. Plus précisément, ils voulaient évoquer la présence de l’église remarquable à Jérusalem où ils adoraient sa magnifique lanterne, dont les rayons éclairaient la ville toute la nuit. Il existe, en outre, une corrélation définie entre la période de temps pendant laquelle les lanternes ont été développées en France et l’ère des royaumes latins en Terre Sainte – les trois premiers quarts du 12ème siècle. Une idée similaire peut être trouvée dans l’habitude moderne des souvenirs comme les Tours Eiffel miniatures de Paris ou les Tours Penchées de Pise.

Pourtant, ils avaient également un autre but. Dans l’époque médiévale, l’utilité et le caractère sacré allaient souvent de pair. Une cartographie attentive des emplacements originaux des lanternes indique qu’ils étaient situés à proximité de routes anciennes, en particulier celles associées aux pèlerinages. Il convient de noter ici que la Première Croisade a commencé comme un pèlerinage avant qu’elle ne soit associée à la brutalité d’une expédition militaire. 

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (15)

Les Chemins de Saint-Jacques

 

Les route que les lanternes française empruntent ne se terminent évidemment pas à Jérusalem. Elles dirigent plutôt les voyageurs vers la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, la capitale galicienne du nord-ouest de l’Espagne. C’était l’un des plus importants pèlerinages médiévaux, après ceux de Rome et de Jérusalem: la tradition veut que les restes de Saint-Jacques soient enterrés là-bas. Camino de Santiago ou le Chemin de Saint Jacques est le nom de l’un des itinéraires de pèlerinage. Les lanternes française des morts couvrent de manière exhaustive une section de cette seule route.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (16)

Cognac-la-Forêt

 

En 1137, dix ans après la mort de son père, Guillaume X a décidé de partir en pèlerinage. Peut-être qu’il a même commencé à sortir de Montmorillon où la lanterne de son père avait été érigée. Pourtant, il ne s’est jamais rendu à Saint-Jacques-de-Compostelle : il est décédé en chemin. Il a demandé que le roi de France, Louis VI, protège sa seule fille et héritière, Eleanor, qui avait seulement 15 ans. Louis a accepté et l’a mariée à son propre fils le 25 juillet de la même année. Louis est mort rapidement le 1er août, ce qui signifie que le mari d’Eleanor était maintenant le roi Louis VII et qu’elle était la nouvelle Reine Consort de France. On ne peut que se demander ce qui se passait dans la tête d’Eleanor alors que ce tourbillon d’événements s’est déroulé.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (17)

Fenioux

 

A part ça, on peut espérer que la plupart des pèlerins qui ont parcouru la route sont arrivés en toute sécurité à leur destination. Les lumières des lanternes qui se déroulent sur leur chemin devaient leur donner beaucoup de réconfort et sans doute amplifier leur ferveur religieuse alors qu’ils se rendaient vers leur destination espagnole.

Et bien que le but originel des lanternes des morts ait été obscurci au fil des siècles par une réputation plus sensationnelle, encouragée par les bouleversements de la peste et de la révolution, leur véritable signification a été révélé pour ceux qui aiment creuser un peu plus profondément.

 

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en France (18)

Saint-Pierre-d’Oléron

 

Le Mystère de la Lanterne des Morts en FranceClick to Tweet

 


Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !


Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

Les Tatouages mignons et minimalistes de l’ancien Caricaturiste turc Ahmet Cambaz



Article suivant »

Lisa Ericson imagine des Écosystèmes fantastiques sur le Dos des Tortues





TOP
10 Partages
Partagez5
Tweetez4
+11
Enregistrer
Vous aimez la Chambre 237 ?
Alors dites le !!!