0
0






London Necropolis Railway : le Train pour les Morts










 

C’était déjà difficile d’être vivant en 1848 Londres, et pire encore d’être mort. Une épidémie de choléra venait de balayer la ville, tuant près de 15 000 de ses habitants, et les corps bourdonnaient littéralement aux alentours des églises en attendant d’être enterrés. Mais il y avait un problème : il n’y avait pas d’espace pour procéder aux enterrements. Voici l’histoire du London Necropolis Railway, le train pour les morts.

La population de Londres était en plein essor. En 1801, la ville comptait près d’un million de personnes. En 1851, ce chiffre avait plus que doublé pour atteindre près de deux millions et demi. Mais les 300 acres alloués à l’inhumation sont restés inchangés, exigeant que de vieilles tombes, et certaines relativement neuves, soient régulièrement exhumées pour faire place à de nouvelles sépultures. Les vieux cadavres étaient broyés et dispersés, contaminant le sol et l’approvisionnement en eau provoquant de nouveaux épisodes d’épidémies. Le choléra, la variole, la rougeole, la typhoïde étaient omniprésents dans la ville victorienne de Londres.

Finalement, une décision fut prise – il n’y aurait plus de sépultures dans les cimetières de Londres. Au lieu de cela, une série de nouveaux cimetières devait être établie loin en dehors de la ville. Un tel cimetière, à Brookwood, à 37 km de Londres, est devenu le plus grand du Royaume-Uni. Couvrant 1500 hectares, le site a été conçu pour durer, selon une estimation prudente, plus de 350 ans. Afin de transporter les morts et leur famille endeuillées sur de longues distances, un chemin de fer dédié a été construit, nommé le London Necropolis Railway.

Tous les jours, à partir de novembre 1854, un seul train transportant des cercueils et la famille des morts quitte Londres pour Brookwood à partir d’une station dédiée à Waterloo. Le voyage de 37 km n’avait pas d’arrêts et durait 40 minutes. Les personnes endeuillées arrivaient à Brookwood peu après le milieu de la journée, enterraient leurs morts, célébraient une fête funéraire dans l’une des deux gares du cimetière, puis prenaient le même train pour retourner à Londres à 15h30.

www.transporttrust.com

 

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (1)

 Un billet de troisième classe pour un cercueil délivré aux passagers du London Necropolis Railway. (photo: qi.com)

 

Comme les trains de passagers réguliers, le train Necropolis comportait des classes. Un billet de première classe permettait à la famille de choisir l’endroit où ils souhaitaient voir leurs morts dans le cimetière. Ils pouvaient également ériger un mémorial permanent sur la tombe. Un billet de deuxième classe donnait un certain contrôle sur le choix du site de la tombe, mais la construction de monuments permanents engendrait un coût supplémentaire. La troisième classe était réservé aux funérailles sans moyens. Les compartiments, à la fois pour les passagers vivants et pour les passagers morts, étaient également séparés selon la religion – comme c’était la coutume à l’époque – pour empêcher les personnes de milieux sociaux différents de se mélanger.

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (2)

 Une carte montrant l’emplacement des divers cimetières prévus à l’extérieur de Londres pour faire face aux crises funéraires. La ligne rouge indique l’itinéraire du London Necropolis Railway de Londres au Cimetière Brookwood. (Image: iridescent / Wikimedia)

 

Des solutions à la crise des sépultures furent proposées en 1852. De nouveaux cimetières se développaient en dehors des zones bâties de Londres, mais cela ne constituaitt qu’une solution temporaire. Edwin Chadwick avait prévu deux grands cimetières neufs juste à l’extérieur des limites du district métropolitain, tandis que les promoteurs de la nécropole planifiaient un seul grand cimetière suffisamment éloigné de la métropole pour ne jamais être atteint par la croissance urbaine.

Le chemin de fer de la nécropole n’a jamais prospéré comme l’espérait la London Necropolis Company. À son apogée, de 1894 à 1903, le train ne transportait que 2 300 cadavres par an, bien moins que les 50 000 que les promoteurs espéraient convoyer. En 1902, le service quotidien du train a été interrompu en raison du manque de passagers, fonctionnant seulement sur demande. Dans les années 1930, il était inhabituel pour ce trains de voyager plus de deux fois par semaine.

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (3)

 La Gare du Nord était l’une des deux stations du cimetière où les passagers pouvaient se détendre et se rafraîchir après la cérémonie (Collection privée de John Clarke)

 

Dans la nuit du 16 au 17 avril 1941, dans un des pires raids aériens de Londres, des bombes ont détruit la gare de la Nécropole de Londres et ont rendu inutilisable la plupart des voies. Après la guerre, la compagnie a décidé que la réouverture du Chemin de fer de la Nécropole n’était pas financièrement rentale, et elle a décidé de fermer la ligne. À ce moment-là, les trains circulaient depuis 87 ans et ont transporté un peu plus de 200 000 cadavres au total.

Seulement quelques rappels de ce service ferroviaire funéraire restent aujourd’hui visibles. Les deux stations du cimetière ont été démolies pendant les années 1960 et les ruines ont pris feu plus tard. Les voies ont longtemps été démantelées pour être fondues ou réutilisées ailleurs. À Londres, le bâtiment d’entrée de la station privée au 121, chemin Westminster Bridge reste largement intact, mais le nom LONDON NECROPOLIS RAILWAY qui était autrefois inscrit dans la pierre de l’auvent n’est plus là.

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (4)

 Entrée de la Westminster Bridge Road à la première gare de Londres Necropolis, construite en 1854. Elle a été démolie après la construction de la nouvelle gare en 1902.

 

Bien que globalement inutile, le London Necropolis Railway n’était pas le seul chemin de fer au monde dédié aux passagers morts. De 1867 à 1948, le cimetière de Rookwood près de Sydney a été desservi par une ligne semblable de chemin de fer appelée ligne de cimetière de Rookwood. De même, à Melbourne, le transfert à la nécropole de Springvale a été effectué par le chemin de fer dédié de Spring Valley Cemetery. À Berlin, la Friedhofsbahn (ligne de cimetière) a fonctionné de 1913 jusqu’à 1952. Et enfin, il y avait un chemin de fer semblable en Finlande.

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (5)

 Le train de la nécropole, montré ici en 1907, s’approche de la gare du Nord au cimetière Brookwood. (photo: John Clarke)

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (6)

 Conséquence du bombardement des bâtiments du London Necropolis Railway à Londres dans la nuit du 16 au 17 avril 1941. (Photo: John Clarke)

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (7)

 L’entrée de la «nouvelle» gare en 1902, à gauche, et aujourd’hui, à droite.

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (8)

 La section de la piste à l’extérieur de la station actuelle de Brookwood qui commémore le Brookwood Cemetery Railway géré par la Compagnie des nécropoles de Londres. (photo: Nedueb / Wikimedia)

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (9)

 Les ruines envahies de la station Brookwood North. (photo: iridescent / Wikimedia)

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (10)

 La gare Brookwood, ouverte en 1864, dessert encore aujourd’hui les passagers du train. (photo: Paul Smith / Wikimedia)

 

London Necropolis Railway : le Train pour les Morts (11)

 Entrée sud (côté cimetière) de la gare de Brookwood, à Surrey. Le remblai surélevé qui portait autrefois le Chemin de fer de la Nécropole s’élève derrière la haute clôture pour rejoindre la ligne principale de Londres-Salisbury. (photo: iridescent / Wikimedia)

 

 


Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !


Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

La seconde Vie des Pales d’éolienne



Article suivant »

Les Insectes brodés de Humayrah Bint Altaf





TOP
61 Partages
Partagez45
Tweetez1
+11
Enregistrer14
Vous aimez la Chambre 237 ?
Alors dites le !!!