Les cottes de maille, les aiguilles et les gants de vaisselle: l’artiste britannique Susie MacMurray les utilise dans ses sculptures inspirées par les vêtements et la mode, mais pas avec des matériaux usuels dans la conception d’une robe.

 




La première œuvre de MacMurray dans cette série était intitulée Gladrags, réalisée en 2002 à partir de 10 000 ballons roses. Depuis lors, l’artiste a produit plusieurs autres sculptures apparemment portables, dont Medusa (mailles en cuivre), Widow (cuir et 100 000 aiguilles de couturière) et A Mixture of Frailties ( 1 400 gants de ménage).

«Ils ont tous comme objectif de représenter la perception des femmes, leur pouvoir et leurs vulnérabilités», explique-t-elle. «Je m’intéresse à la façon dont les forces et les faiblesses humaines peuvent souvent être une seule et même chose. Je suppose que vous pourriez presque les appeler des portraits… Une grande partie de ma pratique de la sculpture et du dessin concerne d’une manière ou d’une autre la perception et la négociation de l’identité féminine, à la fois interne et externe.»

MacMurray était auparavant une musicienne classique et elle s’est recyclée en tant qu’artiste. En 2001, elle a obtenu une maîtrise en Beaux-Arts. En plus de ses sculptures de vêtements, MacMurray crée également des dessins et des installations architecturales. Vous pouvez voir son travail sur son site Web et sur Twitter.

Susie MacMurray

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (1)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (2)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (3)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (4)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (5)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (6)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurray (7)

 

 

l'Identité féminine explorée par Susie MacMurrayClick to Tweet

 



Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !

Écrire un Commentaire

22 Partages
Partagez2
Tweetez
Enregistrer20