Le photographe suédois Gabriel Isak trouve un réconfort dans l’idée que l’art imite la vie. Pendant des années, cela l’a aidé à faire face à la dépression.

 




En utilisant des idées de photographie surréalistes et une palette minimaliste, Isak dépeint des personnages solitaires souvent parmi dans des paysages grandioses bleus et gris. Ils tournent le dos à la caméra – ou leurs visages sont obscurcis – pour symboliser les luttes auxquelles sont confrontés les états d’esprit inconscients. Les photographies offrent une sorte de toile vierge et nous permettent de réfléchir à notre propre santé mentale.

Isak a commencé à pratiquer la photographie il y a plus de dix ans et cela coïncidait avec la première fois où il faisait face à la dépression. «La photographie m’a permis de m’évader dans un monde différent» , dit-il , «celui que je créais, un lieu et une histoire que je menais, pas celui qui me dirigeait.»

Quelques mois plus tard, cependant, Isak est tombé «au fond des bras de la dépression» et sa passion pour le médium s’est émoussée. En 2014, Isak est sorti de la dépression et a poursuivi ses recherches photographiques. C’est alors qu’il a commencé à explorer inconsciemment ses expériences passées avec la dépression.

«Tout ce que j’ai créé a reflété mes années de dépression, inspirées par la psychologie, le surréalisme et les paysages scandinaves dans lesquels j’ai grandi», explique Isak. La documentation de nos mondes internes a été une forme de thérapie pour lui alors qu’il confronte et combat ses émotions et ses expériences au cours des dernières années. Il espère que les spectateurs trouveront également du réconfort en se plaçant dans ses lieux imaginaires.

Mis à part son épanouissement personnel, Isak souhaite que ses images surréalistes poursuivent le débat plus approfondi sur la santé mentale. «Je veux que mon travail donne un éclairage sur la santé mentale et l’aspect le plus sombre et le plus solitaire du monde, dont nous ne parlons jamais autrement.»

Pour en savoir plus sur le travail de Gabriel, connaître ses expositions à venir, collectionner ses photographies, visitez son site Web ou suivez le sur Instagram.

Gabriel Isak

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (1)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (2)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (3)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (4)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (5)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (6)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (7)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (8)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (9)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (10)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (11)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (12)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (13)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (14)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (15)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel Isak (16)

 

 

L'Expérience visuelle de la Dépression selon Gabriel IsakClick to Tweet

 



Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !

Écrire un Commentaire

176 Partages
Partagez36
Tweetez2
Enregistrer138