Au cœur du désert du Karakoum au Turkménistan, un cratère enflammé brille jour et nuit. Connu familièrement comme les Portes de l’Enfer, ce foyer est en feu depuis plus de 50 ans. Alors, d’ou vient ce cratère de feu et comment s’est-il retrouvé dans le désert ? Pour répondre à ces questions, nous devons revenir sur l’histoire du Turkménistan.

 




En 1971, à l’époque où le pays faisait partie de l’URSS, les ingénieurs soviétiques ont débarqué dans le désert à la recherche de champs de pétrole. Une plate-forme de forage a été mise en place pour vérifier la qualité du pétrole dans la région, mais ils ont rapidement réalisé qu’ils ne foraient pas du tout de pétrole. Leur appareil lourd et encombrant était alors situé au sommet d’une grande poche de gaz naturel qui ne pouvait pas supporter cet immense poids et elle s’est rapidement effondrée.

L’ensemble du camp s’est effondré dans une cavité géante en forme de bol appelée le cratère Darvaza. Mesurant 70 mètres de diamètre et 20 mètres de profondeur, le trou est alors gigatesque  et bientôt les scientifiques ont eu un énorme problème à régler. Non seulement l’effondrement a eu un effet d’entraînement qui a provoqué l’ouverture d’autres cratères multiples, mais le gaz naturel s’est rapidement échappé.

Étant donné que le gaz naturel est principalement fabriqué à partir de méthane, qui sature l’oxygène dans l’air et rend la respiration difficile, il y avait un réel souci non seulement pour la faune mais aussi pour les personnes vivant dans le village voisin de Derweze. En fait, ces craintes étaient justifiées car peu de temps après l’effondrement, les animaux du désert ont commencé à mourir.

C’est alors que les scientifiques sont intervenus et ont décidé de brûler le gaz, car le gaz naturel ne peut pas être piégé. Ils s’attendaient à ce que le processus prenne quelques semaines, mais ils se sont trompés – les flammes brûlent toujours. En fait, les scientifiques ne comprennent toujours pas l’origine de la quantité de gaz naturel qui alimente le feu. Aujourd’hui, le cratère de Darvaza attire chaque année des centaines de touristes qui viennent assister à ce phénomène étrange et sinistre.

En 2010, le président du Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedow, a visité le cratère et a déclaré qu’il devrait être fermé. Et en 2013, il transforme la partie du désert contenant le cratère en réserve naturelle.

Cependant, à ce jour, les portes de l’enfer brûlent encore vivement et la nuit, sa lueur orange peut être aperçue vue à des kilomètres.

Désert du Karakoum

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (1)

Photos de Matyas Rehak / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (2)

Photos de Matyas Rehak / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (3)

Stock Photos de Darkydoors / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (4)

Photos de Matyas Rehak / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (5)

Stock Photos de Thiago B Trevisan / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du Karakoum (6)

Stock Photos de Lockenes / Shutterstock

 

 

Les Portes de l'Enfer brûlent depuis plus de 50 Ans dans le Désert du KarakoumClick to Tweet

 

 

 

 

 

Écrire un Commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
81 Partages
Partagez72
Tweetez1
WhatsApp
Enregistrer8