0
0





Les Oubliés de la Société indonésienne








 

Le photographe américain Andrea Star Reese voyage en Indonésie pour un reportage sur la vie des malades mentaux de ce pays. Et le résultat est plutôt choquant.

les infrastructures existantes pour le traitement des maladies mentales en Indonésie sont dans un état déplorable depuis des décennies. C’est devenu une pratique courante de garder les patients enchaînés dans des cages, avec un régime alimentaire très faible en nutrition et séparés de tout le monde les condamnant à une vie de solitude.

Le photographe capte ces horreurs quotidiennes que les patients ont à supporter dans tout le pays qui compte environ 19 millions de personnes avec un handicap psychosocial. « Il y a encore des médecins qui utilisent seulement une prescription et un diagnostic de fou», explique Andrea. Ces sortes de commentaires imprudents de spécialistes montrent comment les patients ont peu d’espoir de faire entendre leur voix.

Andrea Star Reese

 

 

Agus chante dans sa cage. Les gardiens ne le laissent pas sortir craignant qu’il s’enfuirait, et cette cage est devenu son domicile permanent.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (1)

 

 

Les hallucinations de Evi ont commencé quand elle avait quinze ans. Ses parents ont acheté une place avec un lit en bois et ont choisi une approche religieuse pour son traitement.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (2)

 

 

La Fondation Galuh à Jakarta, en Indonésie est agréée par le gouvernement. Le gouvernement ne prévoit que deux mois de nourriture et il n’y a pas de logement réel, seulement un pavillon en forme de cage, où les hommes et les femmes sont séparés par une paroi métallique.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (3)

 

 

Muhammad (à gauche) effectue une guérison de masse. Pendant toute la journée et la nuit, les patients vont boire des boissons à base de plantes, prier, vomir et éventuellement entrer en transe hypnotique.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (4)

 

 

Depuis dix ans, Anne vit dans une pièce sans fenêtre et selon son père , elle n’a pas besoin de manger beaucoup. Elle aimait courir, mais maintenant elle ne peut plus se tenir debout.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (5)

 

 

Enfermer les patients dans des cages est devenu une pratique courante.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (6)

 

 

Le manque de nourriture est une réalité que les patients vivent tous les jours.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (7)

 

 

Saimun vit avec une jambe de bois depuis 5 ans. Il a quarante ans, ne peut pas parler et vit avec son frère qui a également une déficience intellectuelle. Eux et leur mère sont complètement dépendants de la charité de leurs voisins.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (8)

 

 

Le personnel de l’école est formé pour faire face à des situations extrêmes avec leurs élèves ( à gauche). (À droite) Les jambes de Seapudin ont été enchaînées pendant 9 ans. Les muscles sont atrophiés en raison de l’absence d’utilisation.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (9)

 

 

Les patients manquent de nourriture, de vêtements, d’exercice, d’interactions sociales.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (10)

 

 

Il n’y a pas de financement pour les choses de base comme la nourriture et les projets plus coûteux, comme l’entretien des commodités, sont exclus.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (11)

 

 

La vie des patients est limitée par un espace confiné où ils font tout: manger, dormir, se doucher.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (12)

 

 

Certaines familles de patients ont payé des sessions extraordinaires de guérison qui prennent habituellement une approche spirituelle.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (13)

 

 

Une jeune femme dans les fers à la Fondation Bina Lestari ( à gauche). L’Hôpital psychiatrique de Lawang Wediodining ( à droite) a été reconnu comme le meilleur hôpital psychiatrique en Indonésie. Il est le premier hôpital à prendre en compte la nécessité d’un service gériatrique.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (14)

 

 

Un lit est l’un des plus grands luxes qu’un patient peut avoir.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (15)

 

 

Les interactions sociales sont rares et ne sont systématiques.

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (16)

 

 

L’Hôpital psychiatrique de Wediodining Lawang – désigné comme le meilleur hôpital psychiatrique en Indonésie

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (17)

 

 

La vie avec la solitude

Les Oubliés de la Société indonésienne de Andrea Star Reese (18)

 

 



0
0


Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !


Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

Les Animaux de Ballons de Jason Freeny



Article suivant »

Personnages de Marvel et Body Painting





TOP
0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Épinglez