Yayoi Kusama (dont nous avons déjà parlé auparavant) s’est taillé une réputation d’artiste contemporaine de premier plan. Tout au long de son illustre carrière, la créatrice japonaise a développé une approche unique de son métier. Caractérisée par des pois, des palettes de couleurs audacieuses et des formes organiques, son esthétique est peut-être mieux illustrée par son art inspiré de la citrouille , une collection d’œuvres célébrant la «modestie généreuse» du sujet.

 




Enraciné dans son enfance, l’amour de Kusama pour les citrouilles a considérablement façonné sa pratique depuis plus de 70 ans. Qu’il s’agisse de dessins détaillés, de sculptures publiques ou d’installations immersives, les interprétations stylisées de la courge humble par Kusama comptent parmi ses œuvres les plus connues et parmi les chefs-d’œuvre les plus emblématiques de l’art contemporain.

Yayoi Kusama

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

KUSAMA is coming to NYBG! Beginning spring 2020, this exclusive multisensory presentation of works by internationally celebrated Japanese artist Yayoi Kusama reveals her lifelong fascination with nature. Experience her signature mirrored environments, polka-dotted sculptures of colossal flora, a spectacular horticultural showcase, and brand-new installations created specifically for NYBG—all in an exhibition designed to change with the seasons. With additional information coming this fall, sign up now for e-mail updates and stay connected with us on social media by hitting the link in our bio. #KusamaNYBG #YayoiKusama . Kusama with Pumpkin, 2010 © YAYOI KUSAMA. Courtesy of Ota Fine Arts, Tokyo / Singapore / Shanghai; Victoria Miro, London; David Zwirner, New York

Une publication partagée par New York Botanical Garden (@nybg) le

 

La petite enfance

 

La passion de Kusama pour les citrouilles remonte à sa petite enfance, qu’elle a passée à Matsumoto, au Japon. Née dans une famille d’agriculteurs en 1929, Kusama a commencé à dessiner des citrouilles à l’école primaire. C’est à cette époque que l’artiste commence également à ressentir des hallucinations vives, qu’elle attribue depuis à l’inspiration de nombreux motifs distinctifs: pois, fleurs et, bien sûr, citrouilles.

 

Contrairement aux pois et aux fleurs – dont les formes hallucinatoires effrayaient l’artiste en herbe – Kusama trouvait du réconfort dans les citrouilles, notant qu’elle était «enchantée par leur forme charmante et séduisante» dès sa première rencontre.

«La première fois que j’ai vu une citrouille, c’était lorsque j’étais à l’école primaire et que j’allais avec mon grand-père visiter un grand terrain de récolte de semences», se souvient Kusama dans Infinity Net, son autobiographie. «Et voilà: une citrouille de la taille d’une tête d’homme. . . Elle a immédiatement commencé à me parler d’une manière très animée.  »

 

 

Après l’enfance

 

Yayoi Kusama

 

Bien plus qu’un intérêt pour l’enfance, l’amour de Kusama pour les courges a duré jusqu’à son adolescence. En fait, à l’âge de 17 ans, elle a rendu publique son penchant pour les citrouilles avec Kabocha , une peinture de style nihonga qu’elle a exposée dans une exposition itinérante. Après avoir fait ses grands débuts, cependant, le motif de la citrouille a disparu du portfolio de Kusama pendant des décennies, l’artiste ayant décidé de se consacrer plutôt à la performance .

Dans les années 1970 et 80, Kusama a toutefois redécouvert ses intérêts artistiques pour la citrouille. Pendant ce temps, elle a commencé à créer des peintures, des estampes et des dessins du sujet.

En plus de leurs peaux distinctives à pois, de leurs couleurs vives et de leurs silhouettes bulbeuses, ses citrouilles (qui restent aujourd’hui largement inchangées) sont reconnaissables à leur anthropomorphisme, caractéristique que l’on peut peut-être attribuer aux visions hallucinatoires antérieures de Kusama. 

«J’adore les citrouilles», a déclaré l’artiste en 2015, «en raison de leur forme humoristique, de leur sentiment chaleureux et de leur qualité humaine.»

 

 

Un Motif mûri

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des Décennies (3)

 

Bien que Kusama puisse transmettre avec succès cette «qualité humaine» à travers des œuvres sur papier ou sur toile, ses œuvres deviennent vivantes lorsqu’elles sont reproduites en trois dimensions. Dans les années 1990, l’artiste a pleinement compris les capacités sculpturales de la courge lorsqu’elle a choisi de l’incorporer dans l’une de ses célèbres salles ‘Mirror Rooms’, une série d’installations interactives qui invitent le spectateur à se promener dans des environnements surréels.

Kusama a créé Mirror Room (Pumpkin) pour une exposition en 1991 à la Fuji Television Gallery, un espace réputé pour avoir popularisé l’art contemporain au Japon. Pour confectionner Mirror Room (Pumpkin) , Kusama a recouvert les murs, le sol et le plafond d’une pièce de peinture jaune ornée de pois noirs. Au centre de l’espace, elle installa un cube en miroir rempli de citrouilles en papier mâché. À travers une ouverture ressemblant à un judas, les visiteurs pouvaient voir ce patch de potiron de fortune, qui, en raison de l’intérieur réfléchissant du cube, apparaissait comme un étalement sans fin.

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des Décennies (2)

 

En 1994, Kusama s’est à nouveau tournée vers la sculpture pour canaliser son amour des citrouilles. Cette fois, cependant, elle a choisi d’imaginer sa muse comme une sculpture massive et autonome. Perchée au bout d’une jetée du Benesse Art Site, une organisation artistique basée sur l’île de Naoshima et réputée pour sa collection grandissante d’art contemporain, cette citrouille jaune tachetée a joué un rôle central dans la carrière de Kusama et dans son héritage laissé à l’art contemporain. En plus de relancer la célèbre collection de l’île, l’oeuvre a jeté les bases des dernières sculptures de Kusama en plein air, qu’elle continue de créer aujourd’hui.

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des Décennies (4)

 

 

La citrouille actuelle

 

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des Décennies (6)

 

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des Décennies (7)

 

 

 

Kusama a créé plusieurs nouvelles œuvres d’art dont le sujet est la citrouille depuis le début du nouveau millénaire. En 2016 et 2017, respectivement, elle a inauguré deux nouvelles citrouille Mirror Rooms : All the Eternal Love I Have for the Pumpkins et The Spirits Of The Pumpkins Descended Into The Heavens.

En plus d’illustrer son amour de longue date pour les citrouilles, ces installations s’inspirent de plusieurs thèmes caractéristiques de Kusama, notamment «l’ infini, le sublime et la répétition obsessionnelle », qui ont globalement contribué à créer une expérience immersive pour les visiteurs.

En plus de ces installations itinérantes, les sculptures de citrouilles de Kusama sont apparues dans des espaces publics et des collections privées du monde entier, du musée Kirishima Open Air Museum de la préfecture de Kagoshima au domaine Donum dans la région viticole de Californie.

Nous ne pouvons que nous attendre à ce que la collection d’œuvres à la citrouille de Kusama augmente, car il semble que l’artiste, âgée de 90 ans, n’ait aucune intention de ralentir de si tôt. «Mon désir de créer des œuvres de citrouilles se poursuit encore», a-t-elle révélé en 2015. «J’ai un enthousiasme comme si j’étais encore un enfant.»

On a pu apercevoir une citrouille géante de 10 m à Paris place Vendôme cette semaine. Elle sera visible du 14 au 21 octobre 2019 à l’occasion de la FIAC 2019.

 

 

Les Citrouilles ont inspiré l'Art avant-gardiste de Yayoi Kusama depuis des DécenniesClick to Tweet

 

 

 

 

 

Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !

Écrire un Commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
150 Partages
Partagez46
Tweetez2
Enregistrer102