1
0






Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus









 

Aujourd’hui, les urbanistes ne choisissent pas forcément un plateau à 640 mètres au-dessus du niveau de la mer pour situer un développement urbain. Les temps changent, mais il y a plus de 2 000 ans lorsque la troisième plus grande ville d’Algérie, Constantine, a été fondée, cet endroit encadré par un ravin vertigineux était idéal pour des fins défensives. Plus tard, à mesure que la ville a prospéré, elle a été surnommée la ville des ponts suspendus.

Constantine

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (1)

Amine Ghrabi

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (2)

Groundhopping Mers

 

Aujourd’hui, la ville a quatre ponts qui traversent le ravin où coule la rivière Rhumel. Il y a aussi un viaduc qui apporte de l’eau douce aux maisons souvent perchées au bord du gouffre. Il ne s’agit probablement pas d’un endroit où vous pouvez envisager vous installer si vous avez peur des hauteurs.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (3)

Cybjorg

 

Si vous n’avez jamais entendu parler de Constantine, vous n’êtes pas seul. Né en 1927, le poète Malek Haddad a écrit: « Vous ne vous présentez pas à Constantine. Elle se présente à vous, et vous la saluez. Elle se révèle et nous la découvrons.  » Malgré le fait que c’est la troisième ville du pays, elle se trouve à environ 100 kilomètres des centres touristiques côtiers et les routes qui mènent à la ville parcourent des montagnes escarpées et des cols rocheux.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (4)

Groundhopping Mers

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (5)

Groundhopping Mers

 

Pour ceux qui n’ont pas peur de braver les routes de montagne, la récompense est immédiate. La ville se révèle dans son intégralité comme un seul joyau.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (6)

Groundhopping Mers

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (7)

Philippe.Henck

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (8)

Velobistrotdodo

 

Le pont suspendu et le viaduc, construits il y a plus de 100 ans par les Français, transportent des voitures depuis et vers la vieille ville. Pourtant, les ponts qui fascinent le plus sont ces ponts piétons étroits et très hauts. Souvent, à plus de 300 mètres au-dessus de la gorge, les résidents semblent habitués à ce gouffre qui se trouve directement sous eux et marchent souvent avec les vendeurs de rue lorsqu’ils traversent.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (9)

velobistrotdodo

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (10)

velobistrotdodo

 

Au départ c’était une ville phénicienne, connue sous le nom de Sewa – la ville royale. Ensuite, elle a été sous le joug du royaume de Numidie et été renommé Cirta. Puis les Romains sont arrivés, appelant l’endroit Colonia Sittlanorum et la renommant Constantine, du nom de l’empereur Constantin qui l’a reconstruit des années après une guerre civile calamiteuse. Après l’effondrement de l’Empire romain, elle a été conquisepar les Arabes au 7ème siècle qui l’ont appelé Qusantina.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (11)

Groundhopping Mers

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (12)

Philippe.Henck

 

La ville a réussi à prospéré au 12ème siècle sous les Almohades et Hafsids et elle est devenue  une partie de l’Empire ottoman. Enfin, elle a été régie par une série de gouverneurs turcs qui ont créé des liens entre Constantine et des lieux tels que Gênes et Venise. Les Français ont capturé la ville en 1837 et ont rendu à la ville (et au territoire environnant) son nom roman qu’elle a conservé après l’indépendance algérienne déclarée en 1962.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (13)

Philippe.Henck

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (14)

velobistrotdodo

 

Cette histoire diverse et souvent traumatique explique son architecture souvent grandiose, mais généralement disparate, allant de l’ancienne culture romaine aux minarets des Ottomans et à l’époque moderne.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (15)

Clobs

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (16)

Groundhopping Mers

 

La ville bénéficie d’un autre type de  renommée  : les ponts et la culture locale particulière. Si vous pensiez que la cause du paludisme a été découverte dans un laboratoire européen ou américain, c’était en fait ici dans cette ville lointaine que Charles Laveran a découvert les parasites protozoaires. En 1880, il a traité un soldat qui est mort à la suite de la maladie et Laveran a réalisé un prélèvement sanguin qu’il a étudié, et il a été le premier à observer ces minuscules créatures. Il a remporté un prix Nobel pour sa découverte en 1907.

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendus (17)

Philippe.Henck

 

 

Constantine la Ville algérienne des Ponts suspendusClick to Tweet

 




 

 

Si vous avez des envies de Shopping sur ce Thème (ou d'autres...) :

 

 

 





Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !





Pour sortir de la Chambre 237 laissez un commentaire :





Laisser un commentaire



« Article précédent

Les Gâteaux abstraits de Kalabasa



Article suivant »

Rétrospective Michael Wolf aux Rencontres d’Arles 2017





TOP
134 Partages
Partagez21
Tweetez8
+11
Enregistrer104
Vous aimez la Chambre 237 ?
Alors dites le !!!