En 1995, à l’âge de 61 ans, le peintre britannique William Utermohlen a été diagnostiqué atteint de la maladie d’Alzheimer. Encouragé par son infirmière, qui aimait son travail, Utermohlen n’a jamais abandonné sa passion de toute une vie et a peint autant que possible jusqu’à ce que sa mémoire lui a complètement fait défaut. 

 




Les auto-portraits de l’artiste illustrent tristement la progression implacable de la maladie qu’il avait exploré à travers l’auto-réflexion visuelle avec sa peinture et ses pinceaux au cours des 5 dernières années de sa vie artistique active.

« Même au moment où il commençait à être malade, il a toujours dessiné, à chaque minute de la journée, » raconte l’épouse de l’artiste, Patricia Utermohlen.«Je dis qu’il est mort en 2000, parce qu’il est mort quand il ne pouvait plus peindre. En fait, il est mort en 2007, mais ce n’était plus lui.  »

William Utermohlen

 

 

1967

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (2)

 

 

1996

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (3)

 

 

1996

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (4)

 

 

1997

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (5)

 

 

1997

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (6)

 

 

1998

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (7)

 

 

1999

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (8)

 

 

2000

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William Utermohlen (9)

 

 

5 ans d'Autoportraits et Alzheimer par William UtermohlenClick to Tweet

 

 

 

 

 

Autres Placards de la Chambre : surtout ne pas ouvrir !

2 Commentaires

  1. J’ai assisté hier soir à une conférence de la chercheuse Émilie Chrétien, et découvert à cette occasion l’existence du peintre William Utermohlen.
    La sobriété de votre site offrant ses autoportraits met en valeur l’implacable évolution traduite par la force du trait.
    Merci.

    • Chambre237 Répondre

      Bonjour Pierre,
      Je vous remercie beaucoup pour votre appréciation encourageante.
      L’évolution des traits est vraiment fascinante pour moi dans le sens où elle semble vraiment témoigner implicitement et artistiquement de la lente dégradation des capacités cognitives dont il semblait conscient. Il y a quelque chose de tragique dans sa volonté de transmission à lui-même de son savoir, de son apparence… Je l’imagine courageux, déterminé et digne…
      Allez je remets l’article à la une.

Écrire un Commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
156 Partages
Partagez144
Tweetez2
Enregistrer10